Vie scolaire à Camp-Perrin

cap 3Passages historiques

 

1898 : Premières écoles privées laïques

 

  •  La première école pour les filles vit le jour à Camp-Perrin quand une éducatrice Sarah Thomas, aidée d’Agnès Malbranche venue des Cayes ouvrirent la première école dans la zone, à l’emplacement de Boutique, sur la rive gauche de la Ravine du Sud.
  • Et après, quelques  petites  écoles privées ont vu le jour dirigées par Marguerite Mathurin, Jean Simon, Boutin et Emmanuel Bonséjour, Laurence Remarais, Valentine Perrin, Paul Constant et bien d’autres…
  • L’ouverture d’une école d’État pour les garçons dirigée par Benoit Daguillard aidé de Félix Bernard, Christian Gerlus et Franklin Valère.
  • L’École communale de Camp-Perrin fut créée par la Commune.

 

1915 : Arrivée des Frères de l’Instruction Chrétienne (FIC)

 

  •  Père Rouillard (OMI) fondateur de la paroisse Sainte-Anne à Camp-Perrin et pionnier dans le domaine de l’éducation fit bâtir l’école pour les garçons et des écoles presbytérales dans  les recoins de Camp-Perrin (Marc, Rhé, Mayou, Toirac, Péan)

 

1938: Arrivée des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny

 

  • Cette congrégation envoyait des Sœurs dans les Missions aux Antilles. Elles sont arrivées à Camp-Perrin par l’intermédiaire de Père Rouillard.

 

1945 Petit-Séminaire Collège de Mazenod

  • Plus grand centre d’éducation à Camp-Perrin pour les garçons à sa création
  • Admission des filles à Mazenod en 1972
  • Ouverture de l’école Boxe Père Gérard pour les démunis
 
1946 : Arrivée des Soeurs (Marie-Immaculée MIC)

 

  •  Éducation des filles de Camp-Perrin jusqu’en 1980

 

1949 : École nationale pour filles

 

  • L’École Nationale Dumarsais Estimé reconnue d’utilité publique dirigée par Rousselle Jean-Louis.

 

1960 : Création des cours d’arts ménagers pour filles

 

1962 : Cours niveau secondaire pour filles

 

  • Les Sœurs (MIC) avaient révolutionné l’éducation dans la commune en instituant le cycle secondaire par l’ouverture de trois années d’études intitulées : Cours Brevet I, II et III. Dès lors, plusieurs filles restaient sur place pour des études plus avancées.

 

1970 : Premières écoles préscolaires et écoles mixtes à Camp-Perrin

 

  • La forte natalité de la population avait été propice à l’ouverture des écoles plus spécialisées d’éducation préscolaire  et de classes mixtes.
  •  Parmi ces écoles, celle de  Monique Gerlus est devenue l‘école primaire St-Jude de Camp-Perrin.

 

1980 : Arrivée des Sœurs de la Charité de Saint-Louis (SCSL)

 

  • L’école des Soeurs (MIC) est désormais dirigée par les Sœurs de la Charité de Saint-Louis. Elles s’occupent du dispensaire de la région et en même temps de l‘éducation.

 

Apport des autres écoles à Camp-Perrin

 

  •  D’autres congrégations religieuses ont aussi contribué à l’évolution de l’éducation de la commune. Elles ont ouvert des écoles dans la région pour recevoir les jeunes protestants de l’époque. Aujourd’hui, ces établissements scolaires reçoivent des jeunes de toutes confessions religieuses.

 

L’éducation à Camp-Perrin d’aujourd’hui

  •  40 962 habitants, 15 000 jeunes, 20 jardins d’enfants et une centaine d’écoles primaires et secondaires…

 

  • La fierté des Camp-Perrinois, dans le domaine de l’éducation, repose surtout sur le taux de réussite des élèves de quelques écoles du village. Cependant, ce n’est pas le cas pour toutes les écoles de la commune…

 

Et puis en 2005

 

  • Nous avons reçu une lettre de Michel Favard et de Père Martin Noodermeer (OMI) nous demandant de l’aide pédagogique en vue d’ouvrir une Université fonctionnelle dans la zone Sud (UFOSUD) et aussi pour déceler les forces et les lacunes pédagogiques des enseignants de la région. C’est de cette initiative que la FRPCP a vu le jour.

 

  • Depuis 2009, la fondation a fait des petits. Elle a eu le privilège d’avoir des partenaires, des collègues, des gens de différents horizons qui ont manifesté le désir de participer à cette grande aventure de coopération internationale Québec-Haïti.